Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Communiqué de presse du 14 octobre 2013, suite à l'expulsion d'une collégienne et d'un lycéen, tous deux sans-papiers.

 

  L’expulsion et l’exil forcé de Leonarda, collégienne à Pontarlier, est inacceptable. Il ne s’agit pas de se lamenter sur les conditions scandaleuses de son arrestation pendant une sortie scolaire : c’est le fait d’envoyer une personne à la rue, dans un pays que ses parents avaient sans doute de bonnes raisons de quitter voici plusieurs années, qui est scandaleux. Si elle avait été arrêtée à son domicile ou dans la rue, ce n’en serait pas moins une injustice odieuse. L’expulsion et l’exil de Khatchik, lycéen à Paris, est tout aussi inacceptable. Qu’il soit majeur ne change rien. Les lycéennes et lycéens qui manifestent contre ces expulsions ont raison de se révolter.
Le gouvernement de « gauche », qui n’en est pas à son coup d’essai en matière de politique contre les immigrés, s’en émeut soudainement au point que des voix dissonantes s’élèvent en son sein. Valls, de son côté, poursuit la politique d’un Chevènement ou d’un Sarkozy, étalant son racisme et son mépris tout en mobilisant ses flics contre les immigrés. « Sanctuariser l’école » comme le réclame Peillon, est le comble de l’hypocrisie. Serait-ce moins grave si une collégienne était capturée, incarcérée par les flics, en sortant de chez elle, que lorsqu’elle l’est
à l’école ? Cette proposition démagogique revient à dire : « expulsez, mais il ne faut pas que
ça se voit ».
Comme l’ont fait nos parents, nos grands-parents, comme nous l’avons fait nous même parfois, des gens quittent leur contrée natale pour vivre ailleurs, là où ils ne parlent pas la langue, là où trouver du travail est difficile, là où il faut subir toute sortes de vexations, dans l’espoir, malgré tout, d’une vie meilleure, pour échapper aux persécutions, au racisme, à la misère là où l’on est né, pour envoyer de l’argent au pays et permettre aux autres de survivre.
Ce n’est pas de gaieté de coeur qu’on quitte sa famille, ses amis. Et que trouve-t-on en arrivant ? Les flics, les galères pour les papiers, un gouvernement de « gauche » qui mène une politique raciste et fait mine d’être étonné quand le Front national monte dans les sondages.
 

Nous voulons le retour de Leonarda, le retour de Khatchik et de tous les expulsés ! Nous voulons la fin des expulsions ! Des papiers pour tous et toutes !

 

Jonathan Dima-Ruggiano

 

- Délégué National de l'Union Sociale Démocratique.

- Coordinateur départemental de l'USD 69.

- Porte-Parole national du réseau Unité - Solidarité - Ecologie.