Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Les nouveaux programmes de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) en classe de 1ère L et ES représentent une avancée significative sur le thème « féminin/masculin ».


Après avoir rappelé que la maîtrise de la procréation est un long combat – sans cesse remis en cause – ils incitent les enseignant-e-s à faire découvrir aux élèves les bases biologiques et socio-culturelles qui régissent l’activité sexuelle chez les êtres humains. Il est ainsi possible d’appréhender la notion de genre selon lequel on est socialement reconnu. Ce dernier est un concept scientifique, notamment utilisé par les chercheuses et chercheurs en sciences sociales".

L’offensive des chrétien-ne-s traditionalistes et de la droite remet en cause ce concept et veut nous plonger dans l’obscurantisme. Leur dernière cible : les manuels scolaires. Ces mouvements cherchent à faire croire qu’il y a un déterminisme biologique qui fixe dès la naissance les rôles sociaux et les orientations sexuelles, une identité figée qui scelle un rapport déséquilibré, voire inégalitaire entre fille et garçon, femme et homme. Selon eux, seul ce modèle social imposé devrait figurer dans les manuels.


La réalité est différente. Non seulement la biologie n’explique pas tout, mais la construction sociale, le conditionnement qu’elle implique sur notre mode de vie et notre sexualité, notre construction psychique, personnelle, contribuent à faire de chacun-e ce qu’il ou elle devient.

Cette offensive utilise aussi des termes extrêmement violents et stigmatisant pour les féministes, les homosexuel-le-s, les bi, les trans ou les inter-sexes et les désignent comme déviant-e-s.

 

L'Union Sociale Démocratique s'inscrit résolument et fermement dans la lutte pour la reconnaissance de la différence entre sexe biologique, genre et orientation sexuelle et contre les attaques de "l’ordre moral".